Geo-J

Le projet d’un atlas géomatique et multimédia de la présence juive en Europe du Sud est né de la rencontre entre des chercheurs provenant de différents horizons disciplinaires (histoire, histoire de l’art, géographie, archéologie, anthropologie, démographie) travaillant sur différents aspects de la présence juive en Europe de la fin du Moyen Âge au début de l’époque contemporaine. Cet atlas a pour but d’étudier et de rendre accessible à un vaste public les différentes manières adoptées par les populations juives du passé pour investir et se réapproprier l’espace, certes en le subissant parfois, mais sans jamais cesser de le négocier. Le format numérique et multimédia de cet atlas apparaît comme le plus pertinent et efficace pour étudier un grand nombre d’aspects et de perspectives historiques et historiographiques, sociologiques et géographiques : il permettra d’appréhender un phénomène complexe et sur la longue durée, en mobilisant différentes variables et échelles d’analyse, dépassant ainsi la limite de la représentation descriptive. Construit autour d’une base de données géoréférencée, l’atlas constituera un outil de mise en œuvre et de diffusion des connaissances des sociétés juives du passé grâce aux multiples perspectives d’analyse qu’offre la multitude et la variété des données issues des sources archivistiques, saisies en encodées dans un Système d’Information Géographique (SIG). L’atlas et ses cartes interactives fondées sur des bases de données et un système d’information géographique permettra ainsi de saisir et de représenter graphiquement, à différentes époques et à différentes échelles (continentale, régionale, locale, urbaine) les continuités et les discontinuités de la présence juive sur le territoire, et ce sous différents angles, complémentaires et indissociables : géographiques, démographiques, juridiques et institutionnels, politiques et culturels, économiques et sociaux. La partie multimédia permettra d’intégrer des supports iconographiques ou vidéos, qui renforceront son caractère didactique. La construction d’une méthode qualitative d’analyse prenant en charge des bases de données massives nécessitant des outils d’analyse quantitative constituera un des objectifs forts de ce projet. Il s’agit donc de mettre en avant la variété des contextes d’accueil et des situations comme la variété des populations juives elles-mêmes, d’étudier les migrations, volontaires ou forcées, et les circulations des individus comme des objets, ou encore la manière dont se sont articulés dans l’espace les phénomènes de ségrégation sociale que les populations juives ont dû affronter tout au long de leur histoire, ancienne ou plus récente. Il suffit de penser aux nombreuses expulsions qui ont traversé l’histoire de la diaspora ou aux premiers quartiers séparés réservés aux juifs au Moyen Âge en Allemagne et en Espagne, aux ghettos nés dans la péninsule italienne au XVIe siècle, ou encore au ghetto de Varsovie dans le contexte tragique de la Shoah


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.